Les commentaires sont hors de ce post

Portrait du mois : Nazia, volontaire à la fondation (sept. 2020)

Rencontre avec Nazia, volontaire à l’association Emmaüs Iasi depuis le mois de février 2020. Son volontariat avait été temporairement interrompu pendant la crise sanitaire, mais elle a finalement pu revenir en Roumanie en juillet à la réouverture des frontières. Ce mois-ci, nous avons souhaité connaître ses impressions concernant ses premiers mois de volontariat au sein d'Emmaüs, ce que cette expérience lui a apporté, mais aussi quels sont ses projets pour la suite de son service civique.

 

Bonjour Nazia, tout d’abord peux-tu te présenter brièvement et nous expliquer pourquoi tu as choisi d’effectuer un service civique à Emmaüs Iași ?

D’accord. Je m’appelle Nazia et j’ai 24 ans. Après avoir terminé ma licence de psychologie à Besançon, j’ai effectué pas mal de petits boulots qui n’étaient pas très épanouissants sur le plan personnel ou professionnel. Mais comme je n’étais pas sûre de vouloir reprendre des études pour autant, j’ai voulu prendre une année pour tenter autre chose. Je connaissais déjà un peu Emmaüs en France mais je n’avais pas réalisé que les actions de cette association pouvaient être aussi variées. Et c’est ce qui m’a donné envie de rejoindre la fondation Emmaüs Iași. Ca, et l’envie de voyager et de découvrir une autre culture.

Depuis combien de temps es-tu à Iași et combien de temps va-tu rester ?

Mon service civique a commencé en février 2020 et a été interrompu peu de temps après, car la France et la Roumanie ont été confinées à cause du COVID-19. Ca a été très frustrant pour moi car je venais tout juste d’arriver et je n’avais aucune idée du moment où je pourrais revenir. J’ai finalement pu rentrer à Iași en juillet et je continuerai mon service civique jusqu’en février. 

En quoi consiste ta mission de service civique au sein d'Emmaüs Iași ?

Je n’ai pas de mission précise, ça dépend surtout des besoins du moment. En février, j’ai pu participer aux maraudes dans la rue. J’aidais à la préparation des sandwichs, au tri de vêtement et à la vente au magasin. Depuis que je suis revenue en juillet, j’ai pu passer plus de temps à la ferme de Popesti et au Belvédère, où j’ai participé à la récolte du maïs, des pommes de terre, de la luzerne. J’ai commencé à rédiger et mettre en page les newsletters et je fais pas mal de traduction en anglais pour le site internet, les portraits du mois… J’ai aussi pu participer à quelques maraudes que Emmaüs organise l’été en partenariat avec la FONSS (Fédération des Organisations Non Gouvernementales pour les Services Sociaux). 

Jusqu’ici quels sont les aspects de ton volontariat que tu as préféré et ceux que tu as moins aimé ? 

Ce que j’apprécie dans cette expérience, c’est la diversité des actions menées par Emmaüs Iași. Il y a le côté très social, avec les maraudes l’hiver, mais aussi tout le travail de fond qui rend ces choses possibles. J’aime être “sur le terrain” avec les sans-abri de Iași, mais j’aime aussi toutes les activités agricoles de Emmaüs au Belvédère et à Popesti, car je trouve que c’est un support de réinsertion très intéressant que ne possèdent pas les autres associations Emmaüs dans le monde. Il n’y a pas vraiment d’aspect de mon service civique que je n’aime pas pour l’instant, juste des situations que j’ai trouvé plus difficiles que d’autres, au début notamment, mais c’est aussi ce qui fait l’intérêt de cette expérience ! Il y a forcément la barrière de la langue qui empêche parfois de communiquer autant qu’on le voudrait avec les compagnons ou la clientèle du magasin, et aussi le fait de devoir vivre presque constamment en communauté, chose à laquelle je n’étais pas habituée avant de venir ici. 

Qu’est ce qui t’as le plus surpris en arrivant à Iași ? Quelles sont les choses qui diffèrent le plus de tes autres expériences professionnelles ou personnelles en France, par exemple ?

En France, tout est très hiérarchisé et codifié en quelque sorte. Cela facilite le travail du point de vue de l’organisation, on dirait que les choses sont plus faciles à mettre en place, mais je pense que ça appauvrie aussi les rapports humains. A Emmaüs Iași, j’ai trouvé un véritable esprit d’équipe et d’entraide que je n’avais pas connu dans mes expériences professionnelles antérieures. J’ai aussi été surprise par l’atmosphère très familiale au sein de la communauté. Tout le monde est très accueillant et c’est agréable d’arriver dans un autre pays et de ne pas être livré à soi-même en quelque sorte. En tant que services civiques, on est vraiment bien accompagnés dans notre intégration. Il y a une belle transmission qui s’effectue entre les anciens service civiques et les nouveaux, mais aussi avec les autres membres de l’équipes qui sont heureux de nous faire découvrir Iași, et qui font vraiment en sorte qu’on se sente un peu comme à la maison. 

Autre chose qui m’a surprise : la cuisine roumaine est très bonne !

Que comptes-tu faire pour la suite de ton service civique ?

Avec Rémi, l’autre service civique, on aimerait pouvoir mettre en place des partenariats avec certaines écoles de Iași afin que des élèves en science agricole, par exemple, puissent venir effectuer des stages à la fondation. Ce serait vraiment un échange de savoirs intéressants qui permettrait à l’association de se développer encore un peu plus à ce niveau-là. Cela nous permettrait aussi de faire connaître la fondation à un plus grand nombre de personnes. A part ça, je compte continuer mes missions actuelles et aussi apprendre le roumain. 

Tu penses qu’il ya des choses qui vont te manquer une fois ton service civique terminé ?

Ce qui risque de me manquer le plus, c’est l’ambiance de travail à Emmaüs, qui je pense est impossible à retrouver ailleurs. Les compagnons me manqueront aussi. Ils ont pour la plupart eu des vécus très difficiles et le contact avec eux n’est pas toujours simple, mais ils ont tous des personnalités très marquées, très différentes les unes des autres, et je trouve ça très enrichissant de travailler avec eux.

 


Revenir au début

Les commentaires sont fermés.

Curabitur commodo elementum eget sit libero risus ultricies