———– Articles issus de la presse roumaine ———– Traduction française en cours ———–

Une fondation de Iași sauve les gens que l'état a jeté à la rue – 18 mars 2020

Quelque part dans le centre de Iași, dans une rue pleine de restaurants, se trouve une maison sur laquelle est écrit un message d’apparence mielleuse : „A trăi înseamnă a învăța să iubești” – “Vivre, c’est apprendre à aimer”.  Ces mots appartiennent au prêtre catholique appelé l’Abbé Pierre, qui après la Seconde Guerre mondiale, a dédié sa vie aux personnes sans-abri, par l’intermédiaire d’un mouvement nommé Emmaüs.

Impact FM regional - prânzul de noapte – 19 novembre 2019

Un live à Impact FM à propos du programme « Prânzul de Noapte »

La région dans l'Objectif – 12 décembre 2018

A propos de la fondation „Un Coup de Main d’Emmaüs Iași” et de notre action dans la rue

Un geste... chaud – 21 janvier 2018

Une association humanitaire et un bistrot de Iasi offrent chaque jour des soupes chaudes aux gens de la rue.

"Repas du soir", le seul repas chaud des personnes sans-abri – 11 janvier 2018

La fondation „Un Coup de Main d’Emmaus” prépare chaque jour quelques 100 portions d’aliments pour les personnes sans-abri de la ville de Iași. Chaque soir, à partir de 16h30, les responsables de la fondation, accompagnés de volontaires, se rendent dans six zones de Iasi où vivent ces personnes abîmées par la vie et leur offrent nourriture chaude, sandwichs, pommes et thé. Pour beaucoup d’entre eux, c’est le seul repas qu’ils feront de la journée.

Ensemble à côté du sapin – 28 décembre 2017

Emission à propos de notre programme « Prânzul de Noapte »

A vendre : des antiquités et de l'espérance pour les hommes
– 3 mai 2017

Si vous avez été acheter, à Iași, des albums ou des vinyles d’occasion sur lesquels est écrit en gros “Emmaüs” et que vous ne saviez pas quelle histoire se cache derrière tout ce qui se trouve sur l’étagère, vous avez perdu une leçon de vie que vous ne pouvez que rarement rencontrer. Vous pouvez l’apprendre maintenant : allez-y un matin, mêlez-vous à la communauté assemblée dans la cour, semblable à une grande famille et profitez d’un mélange de mots roumains et français et de solidarité.

 

Le "Papa" des hommes qui vivent dans la rue. L'histoire fascinante d'un habitant de Iași qui prend soin de centaines d'hommes désespérés
– 28 décembre 2017

Impressionné par le sort des enfants filmés au début des années 90 dans les centres de placement de Iaşi, Gelu Nichiţel (42 ans) a posé en 1997 les bases d’une fondation qui tend la main aux personnes abusées ou extrêmement pauvres.

Cet habitant de  Iași a réussi à sauver de la “jungle de la rue” près de 100 filles et garçons qui, arrivés à l’âge de 18 ans, ne pouvaient plus bénéficier d’aucune aide de la part de l’Etat.

Volontaire sans frontière – 26 janvier 2016

Une jeune française de 21 ans prend soin des personnes sans-abri de Iași. Marine Parrot a terminé la faculté de géographie dans sa ville natale, Dijon, mais a reporté son master pour consacrer une année de vie aux sans-abri. Elle n’aurait pas pris cette décision si elle n’était pas arrivée à Iasi, en septembre 2014, avec une bourse Erasmus. Pendant les 9 mois durant lesquels elle a étudié à l’Université “Alexandru Ioan Cuza”, Marine a occupé son temps libre en aidant ceux de la Fondation “Emmaüs” de Iasi. Et maintenant, elle est volontaire “à plein temps”.

Une nouvelle chance pour des centaines d'orphelins de Iași. Une fondation corrige l'ignorance de l'Etat – 22 août 2015

Teodora travaille maintenant à Paris, dans un magasin de vêtements. (…) Cătălin est en Allemagne.

Ce sont seulement deux des quelques 250 orphelins qui, à l’âge de la majorité, quand l’Etat considère qu’il n’a plus aucune obligation de soutien envers eux, seraient arrivés dans la rue s’ils n’avaient pas rencontré Gelu Nichiţel. Lui a réussi à poser les bases d’un centre de la fondation française Emmaüs, par lequel il aide les “enfants de personne” à trouver un travail et à se construire un futur.

Une nouvelle vie. Le lieu où l’on rend leur dignité aux personnes “jetées à la poubelle” – 10 août 2015

Un habitant de Iași, qui a fuit en France après la Révolution afin de pouvoir y gagner sa vie, est retourné chez lui avec une idée qui a changé des centaines de vie. Bien qu’il venait de quitter les banques de l’école, Gelu Nichiţel a compris qu’il devait aider ceux qui vivent sans but. C’est alors il est rentré au pays. “Je suis allé là-bas sous un train, mais quand je suis arrivé en France, j’ai vu des reportages sur les orphelinats de Roumanie. Je ne savais pas qu’il pouvait exister quelque chose comme ça chez moi.

"Un Coup de Main d’Emmaüs", 15 ans d'existence – 28 avril 2015

Vendredi 24 avril 2015, la fondation „Un Coup de Main d’Emmaus“ – filiale de Iaşi a fêté au centre résidentiel de Popeşti, 15 ans d’existence. (…)

“J’ai 30 ans et je suis arrivé à la communauté Emmaüs le 18 septembre 2008. Mes parents ont eu des problèmes de famille, ils n’avaient plus la possibilité d’acheter un logement et après avoir vécu un temps dans les institutions de l’Etat et quelques mois dans un monastère, je suis arrivé au centre résidentiel de Popeşti. En 2009, le Père Gheorghe m’a proposé de devenir chanteur à l’église et j’ai accepté. Pour moi, c’est une bénédiction de pouvoir chanter à l’église (…) témoigne Ştefan Săidel, chanteur ecclésial de l’église de Rădeni.

récupérateur d'âmes – 28 juillet 2001

Depuis un an, dans la ville de Iasi, dans un bâtiment situé rue Horia, au numéro 15, est apparue une entreprise sur laquelle est écrit en grand “Emmaüs”. De l’extérieur, l’immeuble paraît modeste et sans grand intérêt, tandis qu’à l’intérieur vivent une dizaine de personnes au grand coeur, conduis par un “responsable”, qui essaie de leur apprendre à s’aider les uns les autres, afin que, grâce à un soutien réciproque, ils mènent une vie décente.

Revenir au début

Mise à jour : mars 2020